La blogueuse que je suis

J’ai toujours autant de mal à me considérer comme « blogueuse », parce que je trouve ça prétentieux et que ça ne veut rien dire.
Quand je vois passer certains articles, que je vais sur des blogs ou sur les réseaux sociaux, je me dis qu’il y a 3 catégories de blogs :

Ceux tenus par des femmes qui se cherchaient un passe temps et ont vu l’occasion d’avoir des cadeaux gratis : ils sont souvent assez inintéressants, avec beaucoup d’articles mais seulement des « tests produits », bourrés de fautes et mal écrits.
C’est triste parce qu’elles mettent du coeur à l’ouvrage : elles prennent ça très à coeur et écrivent souvent, mais le manque de d’intérêt et de qualité vient – à mon sens – tout gâcher.

Ceux qui font leur petit chemin, ne font pas trop parler d’eux mais proposent des articles de qualité, avec un vrai style, des bribes de vie et des personnes auxquelles on s’attache.

Ceux qui sont très connus dans leur domaine, et dont les auteurs en vivent. Il y a parmi eux deux catégories : ceux qui sont principalement du business, et ceux qui sont réellement intéressants.

 

Je pense – et j’espère – être dans la deuxième catégorie. Je n’aspire pas à plus, mais je n’espère pas moins : mon but ici, c’est de me faire du bien en écrivant, d’avoir des échanges que je n’aurais pas autrement, d’aider parfois d’autres personnes, de garder un souvenir de certains moments…
Je pense aujourd’hui avoir trouvé le fonctionnement qui me convient : je n’écris pas régulièrement, je ne cherche pas de partenariats, je n’organise quasiment pas de concours, et j’ai trouvé mon style, en acceptant ce que j’aime vraiment faire.
Mais ça n’a pas toujours été le cas.

J’ai décidé d’ouvrir mon blog en octobre 2013, alors qu’il ne me restait plus que deux mois de grossesse. J’avais été arrêtée plusieurs mois, je n’avais pas vraiment de passe temps, et pas d’ami(e)s dans le coin. Je me suis sacrément ennuyée, et je n’avais pas un compte en banque suffisamment rempli pour profiter du shopping !
J’ai alors passé pas mal de temps sur internet, sur Facebook, et je suis tombée sur quelques blogs. Il y en a un en particulier qui m’a marquée et qui m’a donné envie d’ouvrir le mien : celui de Ginie – femme sweet femme – qui n’existe plus (mais elle écrit des livres maintenant !)

Je me suis alors lancée : j’ai d’abord commencé sur Blogspot, puis j’ai appris comment créer un site WordPress. J’ai ouvert une page Facebook associée, et j’ai commencé à relayer les quelques articles que j’avais écrit. Mes premiers lecteurs ont été une petite poignée de proches, qui sont pour certains toujours là aujourd’hui !
Quelque part, cette décision a sûrement influencé une bonne partie de ma vie : c’est là que ma carrière dans le digital a commencé !


Petit à petit, j’ai découvert d’autres blogs, d’autres réseaux sociaux (Instagram, ma plus belle découverte du web !), et j’ai remarqué que la tendance était aux tests produits. Je me suis alors lancée là dedans, avec un succès que je n’espérais pas : très peu de refus alors que mon blog était tout jeune ! Pleine de fierté, j’ai enchainé les articles tests, sans me rendre compte que c’était absolument inintéressant. J’ai organisé des concours aussi, j’ai tenu un petit carnet pour penser à tout, j’ai tout fait comme un vrai travail, en prenant du temps pour tout ça. J’ai cherché mon style, en m’inspirant parfois de celui des autres. Je voulais faire du drôle, puis du sensible, puis du concis. Je voulais avoir la régularité de certaines et poster tous les jours. Je voulais la popularité d’autres, et afficher fièrement des milliers de likes.

Et puis, je ne sais pas vraiment quand, j’ai commencé à bloguer par envie. Plus par intérêt ou par quête de reconnaissance, simplement par envie de partager mon point de vue avec d’autres personnes. Et vous savez quoi ? C’est là que ça a vraiment changé.
Je ne cherche pas les abonnés. Avec mon travail, je sais qu’il est bien plus important d’avoir une petite communauté avec qui on échange, qu’une grande qui ne s’intéresse pas à vous. Je ne fais même rien de ce qui serait recommandé : je ne fais pas vraiment attention aux heures auxquelles je publie sur les réseaux sociaux, je n’utilise pas de hashtags, je ne soigne pas mon référencement, je ne publie pas assez fréquemment… Tenez, je n’étais même pas présente aux efluent, LE rassemblement des mamans blogueuses.

Je crois qu’en fait, après 4 ans de blog, je me suis enfin trouvée : je n’écris pas pour plaire, j’écris parce que ça me fait du bien. Et si ça peut parfois vous en faire aussi, alors ce n’est que du bonheur !

5 Commentaires

  1. En tout cas Merci pour tes articles et tes partages, tes postes IG…
    Tu es simple, nature et tes articles sont enrichissant.
    Par contre on es pas contre un petit concours pour gagner du chocolat par exemple (nous aussi on est gourmandes) … Trêve de plaisenterie, vivement le prochain article

  2. Je trouve ta démarche particulièrement saine. Je suis toute jeune blogueuse, je pense avoir le même raisonnement, mais je vois autour de moi, et parfois même à mon propre niveau, qu’il est bien difficile de ne pas entrer dans ce jeu du « toujours plus, toujours mieux », la course aux followers, le succès grandissant. Ïl faut parfois cette force, ce recul, pour réaliser que ce n’est au fond pas ce qui compte. Et au final, si l’on s’en porte mieux, je crois que nos lecteurs aussi.

  3. Perso, je trouve que vous êtes dans la deuxième catégorie. C’est important de prendre du plaisir à écrire tout en partageant des expériences de parents. Je vous encourage à continuer. 🙂

    1. Merci beaucoup pour tous ces gentils commentaires ! <3

  4. Je crois que je me reconnais un peu dans ce que tu décris. Je suis enceinte de 6 mois et demi et avec cette chaleur je ne peux pas faire grand chose alors j’ai eu envie d’écrire. J’ai déjà écris quelques lignes sur différentes choses que j’avais envie de partager mais je n’ai pas encore sauté le.pas de mettre en ligne. J’ai envie dee partager mais j’écris aussi pour me souvenir, me poser et me structurer, me rappeler pourquoi je fais ce que je fais. Bref je crois aussi que pour le moment j’ai peur…. Mais je vais te suivre et peut être que je me lancerai aussi! Merci de ta franchise et de ta simplicité !

Laisser un commentaire